Respirer

se relier entre ciel et terre


Cultiver des formes respiratoires pour habiter un corps spatial

Une rencontre entre l’Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé, les pratiques du souffle et la création documentaire.

Emmanuelle, lors de ses transmissions en AFCMD et des jurys auxquels elle participe régulièrement, a observé très fréquemment des limitations du geste respiratoire. S’est alors posé la question des outils à offrir à ces jeunes danseurs pour dépasser ces difficultés et développer une adaptabilité de leur fonctionnement respiratoire. Différentes pratiques du souffle, notamment le wutao, le Continuum, la danse du souffle de Michel Raji sont venues nourrir progressivement la démarche pédagogique d’Emmanuelle. Ces techniques ont toutes la particularité d’intégrer la respiration comme support organique au mouvement. C’est dans la perspective d’une demande de bourse de recherche au Centre National de la Danse, qu’elle rencontre Ame Elle en 2013. Une rencontre décisive. Ame Elle, dont le regard nourri par la recherche universitaire en sociologie, le cinéma anthropologique et les arts visuels vient enrichir la démarche. Elles obtiennent l’aide à la recherche et au patrimoine en danse du Centre National de la Danse en 2014 ainsi que le soutien du centre de formation pour le Diplôme d’État Choréïa au sein duquel le projet se met en place. La démarche aboutit à la réalisation du film documentaire créatif de recherche, Respirer, se relier entre ciel et terre.
Différentes étapes échelonnent la démarche 

La rédaction d’une synthèse de recherche  La synthèse de Recherche >>

Une présentation publique au Centre National de la Danse Le web-documentaire >>

Le film « Respirer, se relier entre ciel et terre »   Le film documentaire créatif de recherche >>

La démarche de recherche

Durant ce processus de recherche, au sein du centre de formation Choreïa à Paris, Ame Elle et Emmanuelle suivent un groupe de 7 danseuses qui préparent le Diplôme d’État de professeur de danse. Les danseuses bénéficient de 24 séances de pratique hebdomadaire de 3 heures. La pratique porte sur des expérimentations mettant en jeu de manière dynamique le souffle, la posture et le mouvement au travers des outils de l’AFCMD.

“La respiration ouvre un espace privilégié à une danse du sensible.”

*